jeudi 13 août 2015

Ma fille grandit, je ne suis pas prête...


Depuis que ma fille est revenue de sa colo, elle est un peu bizarre.


Un peu tristoune, elle reste souvent dans sa chambre à lire, elle ne parle pas autant que d'habitude et elle ne mange pas beaucoup...

Je m'inquiète... Chéri pense qu'elle est peut-être amoureuse, moi j'ai eu peur qu'elle se sente mal dans son corps (d'où le manque d'appétit)... Mais après quelques jours d'observation et de réflexion je pense que c'est beaucoup plus simple que ça.

Je pense que je ne réalise pas encore mais ma fille devient de plus en plus une vraie ado. Elle n'a peut être plus envie de partager des choses avec nous, elle a besoin de se détacher de nous.

J'ai justement acheté un livre à ce sujet (comment communiquer avec les ados). Et l'auteur parle du processus d'individuation pendant l'adolescence où l'enfant a besoin de se séparer de sa famille pour grandir. Je pense que quelque part je savais que ces choses là allaient arriver mais voilà, je ne suis pas prête...

J'aime que ma fille se confie à moi, qu'elle me parle du garçon dont elle est amoureuse, qu'elle me dise qu'elle n'aime pas les petites bouclettes sur ses cheveux, qu'elle me raconte (pour la 40ème fois) la dispute avec ses copines...Je ne suis pas prête à perdre ce lien...

Et si maintenant elle pense qu'elle ne peut plus tout me dire? Ou que je ne peux pas la comprendre? Ou si elle a peur que je réagisse mal?

J'ai eu une relation assez compliquée avec ma mère pendant mon adolescence et je ne veux surtout pas réproduire ce schéma mais si justement on est obligé de passer par là?

Dans ce livre (pourtant je ne l'ai pas fini et il est assez concis mais je lui trouve plein de vérités), ils disent aussi qu'il faut laisser les ados commettre des erreurs, qu'il est important qu'ils en apprennent. Mais moi, je n'ai pas envie que ma fille souffre! J'ai envie qu'elle ait une vie heureuse!

En fait (attention, comparaison complètement ridicule), je pense que je suis un peu Joie du film Vice Versa dans la tête de ma fille. Je veux lui épargner toute souffrance, je veux qu'elle mène une vie heureuse et qu'elle ne soit pas confrontée à des situations qui lui feront du mal... Mais en même temps, je sais que c'est complètement irréaliste... Ça me frustre de me dire que je n'y pourrais rien, que petit à petit elle va faire son propre chemin et que petit à petit elle n'aura plus autant besoin de moi qu'avant...

Je regrette tellement de ne pas avoir pu profiter davantage de son enfance mais bon ce qui est fait est fait. J'espère que je saurai gérer cette nouvelle étape et que je pourrais être là pour la soutenir dans les difficultés de l'adolescence ! Souhaitez-moi du courage!


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire