lundi 5 octobre 2015

Devenir maman lorsqu'on a une maman très présente

Comme je vous l'ai déjà raconté, ma première grossesse a été très différente de celle-ci. Je n'étais plus avec le papa de ma fille lorsque j'ai appris que j'étais enceinte et j'ai donc vécu cette étape de ma vie seule.

Enfin, ce n'est pas tout à fait exact, même loin de là! Pendant cette grossesse là, il y a une présence qui a été très très importante pour moi et c'était celle de ma mère. Même si la nouvelle n'a pas été facile à digérer, elle m'a soutenue dans mon choix et a tout fait pour que je puisse vivre une grossesse "normale". Elle m'a accompagné à toutes mes consultations, venait quasiment tout le temps aux cours de préparation à l'accouchement, m'a beaucoup aidée financièrement... Bref, j'ai vraiment eu de la chance de l'avoir à mes côtés à cette période là.


Lorsque ma fille est née, elle a également été très présente. Je pense que c'était important aussi. J'étais très immature et pas du tout sûre de mes gestes et l'avoir avec moi a été un grand soulagement.

Sauf que c'en ai devenu trop. Ma mère est devenue trop présente. Lorsque ma fille pleurait, je n'avais pas le temps d'aller dans sa chambre qu'elle était déjà dans les bras de ma mère. Je pense que je n'ai pas changé la couche de ma fille qu'au bout de deux semaines (oui, vraiment). Et la première fois que j'ai pu lui donner son bain toute seule, elle tenait déjà assise...

Je n'en veux pas vraiment à ma mère, c'est aussi de ma faute. Je n'avais aucune confiance en moi et faut dire que malgré la joie d'être maman, j'avais une certaine culpabilité vis-à-vis de mes parents donc je ne me suis jamais imposée et je l'ai laissé faire comme elle voulait...

Voilà que 12 ans sont passés, et aujourd'hui le contexte est complètement différent : J'ai 31 ans, un mari, je suis autonome. Ma mère n'est pas là mais elle compte venir en France quelques jours avant la date de mon terme et va rester avec nous un bon mois.

D'un côté je suis super contente car mine de rien, ça m'a manqué de partager cette grossesse avec elle (même s'il y a Skype). Et puis faut dire que quand j'entends mes copines "nouvelles mamans", je me dis qu'un peu d'aide avec le bébé ou même à la maison ne sera pas de trop ! 

Et pourtant j'appréhende... J'ai peur de ne pas savoir m'imposer encore une fois, j'ai peur de ne pas me sentir maman et de ne pas avoir le temps de créer un lien avec ce bébé. J'ai déjà lu quelque part que pour être maman il faut arrêter d'être fille (dans le sens "l'enfant de quelqu'un"). Je l'ai ressenti avec ma fille lorsque nous avons déménagé de chez mes parents et encore plus lorsque nous sommes venues en France.

Du coup, je me dis que dans l'idéal, ça serait bien que le bébé arrive un peu plus tôt. Une ou deux semaines avant que ma mère arrive. Comme ça, nous aurons ce petit temps rien qu'à nous 4. Ou nous apprendrons à nous connaître les uns les autres, ou j'apprendrai ces gestes qui viennent si naturellement à certaines mamans...

Un petit moment qui me permettra de devenir la maman que j'aurais aimé être la première fois...

1 commentaire:

  1. Coucou jolie Carolina. Ton article est très touchant, vraiment. Je comprends (même si je n'ai pas vécu la même chose) cette double envie, cette ambivalence dans le fait d'être accompagnée et à la fois de profiter des premiers moments seule.
    C'est compliqué cette période de la vie où on a besoin de devenir maman et de quitter sa maman pour s'imposer comme une maman forcément différente. Pour ma part j'avais fait le choix qu'on soit seuls pendant le séjour à la maternité et que ma maman vienne m'aider 3-4 jours à la maison clairement avec le recul j'aurai aimé qu'elle soit davantage là même si j'avais mon mari pendant 15 jours j'aurai aimé pouvoir profiter plus de lui et qu'il ait moins à gérer la maison et l'intendance et j'avais besoin de gérer psychologiquement le baby blues et l'arrivée de ce petitou.
    Ma sage-femme nous avait conseillé de poser nos limites avec les parents et beaux-parents en disant oui j'ai besoin de ton aide mais je suis la maman si je veux m'occuper de mon enfant et que toi tu t'occupes de faire tourner la maison c'est mon choix.
    Je suis sûre que tout se passera bien, j'imagine que toi comme ta maman avaient évolué également dans votre positionnement.
    Des bises

    RépondreSupprimer